Discriminations Sexistes (étude C.E.S.D.I.P.)

Les juges plus cléments avec les femmes

Enfin une reconnaissance de discrimination sexiste !

Les femmes mises en cause pour des faits délictuels ou criminels bénéficient généralement d'une certaine clémence de la part des magistrats.

Selon une étude réalisée par Mme France-Line Mary et publiée dans le bulletin " Questions pénales " de décembre 1996 du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP), sur les 8380 femmes inculpées dont l'instruction s'est terminée en 1992, seules 22 % ont été mises en détention provisoire, contre 45 % pour les hommes.

De même, sur les 57699 femmes condamnées en 1992, moins de la moitié d'entre elles (48 %) l'ont été à une peine de réclusion ou de prison (contre 61 % pour les hommes). Le sexe féminin se voit plus souvent condamné à des amendes, à de la prison assortie du sursis, ou même est un peu plus souvent dispensé de peine.

La durée moyenne du temps passé en prison est elle-même sensiblement plus courte pour les femmes (5,6 mois en 1994) que pour les hommes (7,2 mois la même année).

Pour les questions pénales, ce n'était pourtant pas flagrant, mais en matière de justice familiale là où la discrimination est omniprésente et saute aux yeux imaginez le résultat d'une enquête !!!

 

Retour sous-menu

Retour sommaire