Place accordée aux pères lors des commissions ou réflexions relatives à la famille

Ministère de dépôt : Emploi

Question écrite Nº 05713 du 29/01/1998 page 285 avec réponse posée par DOUBLET (Michel) du groupe RPR.

M. Michel Doublet attire l'attention de Mme le ministre de l'emploi et de la solidarité sur la place accordée aux pères lors des commissions ou réflexions relatives à la famille. Alors que les pères sont concernés au même titre que les associations familiales ou féminines, il est rare que le Gouvernement ou les institutions les associent à la réflexion. Le rapport du juge Alain Bruel " Un avenir pour la paternité ? " commandé par le ministère du travail et des affaires sociales, indique que le développement de mouvements de défense de pères et de la condition masculine révèlent un malaise incontestable, en cas de dissolution d'un couple, un enfant sur trois ne voit plus jamais son père, ce qui conduit l'Etat à se substituer aux pères évincés et exclus lors des séparations et des divorces. En conséquence, il lui demande quelles sont les intentions du Gouvernement en la matière.

Ministère de réponse : Emploi - Publiée dans le JO Senat du 18/06/1998 page 1951.

Réponse. - L'honorable parlementaire a bien voulu appeler l'attention de la ministre de l'emploi et de la solidarité sur la place accordée aux pères dans les réflexions relatives à la famille, et il fait référence au rapport de M. Bruel, président du tribunal pour enfants de Paris, intitulé : " Un avenir pour la patenité ". Le Gouvernement examine actuellement les recommandations qui viennent d'être formulées par ce groupe de travail auquel la ministre avait demandé expressément de faire des propositions concrètes. Les recommandations qui ont été formulées par ce groupe ainsi que celles qui viennent d'être présentées par les personnalités qui ont été chargées par le Gouvernement de réfléchir aux inflexions à apporter à la politique familiale sont étudiées attentivement dans le cadre des travaux préparatoires à la prochaine conférence de la famille.